RAPPORT DE NOTRE VOYAGE AU BURKINA DU 05/07/2017 AU 16/08/2017

Mariam TAPSOBA : tout va bien pour elle maintenant, sa maman est très contente et nous remercie toujours chaleureusement (K’L’ICK-ASS). Elle travaille bien à l’école mais envisage de faire sa scolarité à Ouaga. Didier (au nom de K’l’ICK-ASS.) lui a remis 10000 CFA pour l’aider.

Mariam OUBDA : nous l’avons ramené à l’hôpital de Kaya, car son orthèse était toute cassée, mais le chirurgien a dit qu’il y avait plus de 2 mois que cela était fait et que tout le travail qui avait été fait avant (opération pour remettre les os droits) était foutu. Il fallait une nouvelle opération, Didier devait voir les chirurgiens hollandais le 12/08/2017. Ce qui a été fait, un chirurgien voulait couper le pied mais après radio il a dit que finalement on l’opérait de nouveau, nouvelle orthèse et ce le 17/08/2017. L’opération a eu lieu avec succès, on attend maintenant outre les factures, la rééducation de Mariam qui doit rester au moins 6 semaines à l’hôpital. Affaire à suivre de très près : Didier aimerait que Mariam ne rentre pas au village après son hospitalisation, mais aille dans une famille d’accueil à Ouaga. On va voir ce que l’on peut faire surtout financièrement.

Aminata SORE : 12/08/2017 visite à l’hôpital de Kaya et opération prévue le 17/08/2017. Opération réussie, en attente de sa rééducation et des factures à venir. Les photos nous montrent bien qu’elle arrive enfin à plier son genou, pourvu que ça continue comme ça.

Ousséni KABORE : on avait autorisé Ousséni à prendre l’argent envoyé (pour le toit du séchoir à oignons) en janvier 2017, pour son fils Sidiki tombé subitement dans le coma suite à une forme très grave de paludisme, et à notre grand étonnement à notre arrivée au village, le toit était refait et Sidiki soigné. Nous avons donc pris la décision (Domie et Didier) de lui régler la facture de la réfection  du toit à oignons, pour un montant de 320000 CFA.

Sidiki : première visite au centre de kiné la semaine suivante de notre arrivée et là … les larmes. Quand vous voyez cet enfant les yeux remplis de joie en vous voyant vous craquez. Puis vous vous reprenez et l’aidez du mieux que vous pouvez et là « miracle » il traverse seul la pièce pour venir jusqu’à vous et la kiné non plus n’en revient pas. Domie décide de revenir la semaine suivante mais hélas elle ne pourra pas car Salfi a eu une grosse panne de voiture. Ousséni demande à Domie de venir avec lui et Sidiki pour sa visite chez la neurologue : surprise Sidiki a fait d’énormes progrès en 15 jours, il marche seul et crise un peu moins, en fait Domie pense qu’il le fait un peu exprès pour que l’on s’occupe de lui et c’est ce que la neurologue va confirmer. Etat satisfaisant, force quasi rattrapée des 2 côtés, exécute bien les ordres demandés, doit continuer les séances chez le kiné, doit faire faire un encéphalogramme (voir s’il ne fait pas des crises d’épilepsie) et prendre RDV avec un orthophoniste pour le langage. Plus vite cela instaurer, plus il aura de chance de s’en sortir car son cerveau n’est pas à maturité : c’est le compte-rendu de la neurologue. Ousséni aurait aimé qu’il rentre quelques semaines au village mais ce ne sera pas possible car il faut d’abord bien faire ce qui est demandé et attendre de gros progrès. Sidiki n’est pas retourné chez lui depuis fin janvier 2017. Là nous devons lui dire au revoir mais c’est horriblement difficile, même en faisant ce rapport les larmes coulent.

Yamba : Cet homme au grand cœur, n’a malheureusement plus de temps, on va le faire partir de son local (après plus de 20 ans dedans) car le propriétaire est trop âgé et il veut vendre mais Yamba ne peux pas acheter. Dernier délai, fin octobre 2017. Coût du local 1200€, et là le propriétaire lui fait un geste vu qu’il est dedans depuis plusieurs années). Nous (Didier et Domie) avons encore pris la décision d’aider Yamba et Didier lui a laissé avant de partir la somme de 400000 CFA, soit la moitié du prix du local. Nous allons voir comment on peut faire pour les 400000 CFA manquant. Nous lui avons seulement demandé de mettre l’argent qu’il payait tous les mois (4000 CFA) de côté afin de faire des travaux dans son local : petite dalle devant, peinture, étagère, etc…). ça devrait être fait , car nous pensons que Yamba est un homme de parole.

Kadré BARRY :Rencontre de ce jeune homme quand Didier se promène dans le village de Koala. Jeune homme complètement paralysé des deux jambes, je lui conseille de faire faire une radio et lui donne (25000 CFA) et que l’on verra par la suite ce que l’on pourra envisager mais pas maintenant car nous avons Mariam et Aminata qui sont hospitalisées et nous ne savons pas combien cela va nous coûter. Affaire à suivre donc : une de plus !!!!

Mickaël TIENDREBEOGO : Très présent lors de ce voyage : pour Loan surtout mais aussi pour aller à l’hôpital de Kaya (3 fois), voir Sidiki au kiné. Être avec nous à Koala et faire la distribution des affaires aux femmes du village. Jouer avec nous  dans le taxi de Salfi pour passer le temps plus vite, penser à donner des affaires au CSPS à côté de chez lui pour les nouveaux nés, etc… Didier lui a laissé avant de partir 100000 CFA (il faut qu’il nous contacte avant de prendre de l’argent), mais il le fait déjà très bien.

Sinon, achats à Romu et Saada, Yamba, Marcel, Ismaël, village artisanal, Karilor et Nathalie Kaboré. Visites au chef de Koala, à la mairie de Saaba : rencontre avec le premier adjoint et son chef des services techniques en compagnie de Ousséni, Mika, Loan, Didier et Domie. Et là, stupéfaction, on nous a parlé de Georges mais pas en bien … Tout notre voyage est sous la responsabilité (voiture) de Salfi et il s’en sort très bien malgré les pneus crevés, les différentes pannes. Un amour de bonhomme ce Salfi, toujours là quand on a besoin de lui-même si des fois on attend encore et encore et Salfi ne vient pas… Mika très présent aussi pour Loan mais pas que. Il y a un lien qui les unit que l’on ne peut exprimer, il faut les voir ensemble pour comprendre. Plus que deux frères. Loan s’est fait un ami « Patrick », qui a un an de plus que lui. Les propriétaires de la maison que l’on loue aussi sont devenus des amis. Ismaël : pas un jour ne passe sans qu’il vienne nous faire un coucou à la maison et voir si tout va bien pour nous 3. Super gentil de sa part et en plus à fait très plaisir à Loan en lui offrant des cours de Djembé.

L’Afrique, enfin le Burkina, des amis, des joies, des peines, des coups de gueule, des fous rire, du chaud, du vraiment très chaud cette année, de l’émotion, de nouvelles rencontres, des moments partagés, des échanges même avec la barrière de la langue, des cadeaux, et il en manque. On repart le cœur lourd, en leur disant que l’an prochain on ne se verra surement pas mais qui sait ????

MERCI à vous tous, et vous vous reconnaitrez, qui avez contribué à faire de ce voyage de merveilleux souvenirs dans nos mémoires, mais surtout dans celle de notre petit-fils.

Si vous hésitiez, n’hésitez plus, sautez le pas et foncez. Didier vous accompagnera dans cette folle aventure mais au combien belle et riche.

 

Didier, Domie et Loan

KOALA le 21 juillet 2017    

Réunion à Koala

Ordre du jour :

- Remerciements à Ousséni

- Révision des projets 2016-2017

- Divers

Ont pris part à la réunion du jour : Didier et Dominique JOURDAN, Loan GODARD, Mickaël TIENDREBEOGO, Salfi, Ousséni KABORE et les représentants du chef ainsi que les villageois.

Le samedi 21 juillet 2017, s’est tenu une réunion à Koala. C’est le chef des étrangers qui a pris premièrement la parole en remerciant d’abord K’L’ICK-ASS. France pour tout ce qu’il a fait ou fera pour le village. Que DIEU bénisse K’L’ICK-ASS. France.

Ensuite Didier a pris la parole, en remerciant tous les villageois pour l’accueil et le respect qu’ils réservent. Toutes les années aux membres de K’L’ICK-ASS. présent chaque année au village. Didier continue en disant que l’objectif de K’L’ICK-ASS. ce sont les enfants et l’union intime de K’L’ICK-ASS. et du village pourra faire avancer les projets qui visent surtout les enfants. Par exemple le cas de Mariam Tapsoba et Mariam Oubda, où Ousséni a fait preuve de courage et de bravoure. Ainsi les villageois doivent, de temps en temps, aider Ousséni quand il est en difficulté comme récemment avec son fils Sidiki qui a eu un coma profond suite à une crise  très grave de paludisme.

Didier continue ensuite en disant que les membres de K’L’ICK-ASS. avaient ordonné à Ousséni de prendre l’argent envoyé pour la réfection du toit du hangar du séchoir à oignons pour soigner son enfant. Mais à leur grande surprise lors de leur arrivée au village, Ousséni avait fait faire le toit et soigner aussi son fils ; il mérite donc un très grand RESPECT.

En plus du remerciement à Ousséni, Didier a évoqué l’arrivée des livres mi-juillet par container, la prise en charge des soins médicaux de Aminata SORE et la continuité de Mariam OUBDA.

Les villageois poursuivent en disant qu’ils sont contents pour tous les présents que les différents donateurs de K’L’ICK-ASS. France leurs ont offert. Après les remerciements, ils poursuivent en proposant des projets qui ne sont pas réalisables, car ceux-ci ne rentrent pas dans les objectifs de K’L’ICK-ASS. France. Didier réplique en leur proposant des solutions pour réaliser leurs projets. Les villageois voudraient faire des cases rondes, sur le site pour le tourisme. Ainsi après les solutions évoquées, Didier les encourage car cela peut-être une très bonne initiative.

Ensuite le président de COGES continue en évoquant la correspondance scolaire qui n’a pas encore aboutie. Pour répondre à cette question, Ousséni a pris la parole car le responsable (LOAN) nous avait abandonné en faisant la sieste. Ousséni dit qu’il avait reçu des timbres et enveloppes au nombre de 5, d’une valeur de 10000 CFA. Ainsi il est venu voir le directeur de l’école (2015-2016) pour engager la correspondance mais ce dernier n’a pas voulu s’impliquer par manque de connaissance dans le domaine. Ousséni continue en disant qu’il avait aussi parlé avec le nouveau directeur (2016-2017) mais il n’a pas réagit jusqu’à présent et pour l’année 2017-2018, il y aura surement un nouveau directeur.

En divers, Didier dit aux villageois que s’ils ont des projets qui entrent dans les objectifs de K’L’ICK-ASS. il faut qu’ils les proposent ensuite K’L’ICK-ASS verra si elle peut les réaliser, mais il (Didier) insiste vraiment en disant que K’L’ICK-ASS ne promet JAMAIS.

Les villageois ont évoqué :

- réparation de la pompe à eau près de l’école

- clôture de la bibliothèque

- un vélo pour la bibliothécaire

Pour la pompe, Alassane dit qu’il peut la réparer pour à peu près 25000 CFA. Pour la clôture, le président du COGES a proposé une solution qui est approuvée et soutenue par Didier : faire la clôture sur place mais cela est coûteux. Didier leur explique qu’il faut « être riche pour acheter par cher ». Pour le vélo, bonne idée mais celui-ci n’appartient pas à la personne qui s’occupe de la bibliothèque mais à K’L’ICK-ASS. Il doit servir qu’aux fins de la bibliothèque et ne aucun cas à d’autres utilisations (personnelles par exemple). Si la bibliothécaire change, elle doit remettre le vélo en état de fonctionnement à son départ, afin que la personne qui la remplacera puisse pouvoir bénéficier du vélo.

Les villageois ont aussi évoqué comme projet « le barrage ». Didier répond en disant qu’il a travaillé toute l’année 2016/2017 et travaille encore mais n’a pas encore trouvé une solution pour le moment.

Les villageois reprennent la parole en bénissant Didier pour qu’il puisse réaliser leurs projets, car sans le barrage leurs enfants vont abandonner le village pour les villes. Mais Didier leur réplique que tôt ou tard les enfants se rendront compte que la vie ne ville n’est pas facile et ils reviendront au village car c’est l’agriculture qui fait vivre le monde.

Le représentant du chef évoque comme projet : machines à coudre pour les femmes (groupement). Il nous faut un devis et un projet écrit au nom de toutes les femmes du village.

Allassane dit que le projet du barrage est surement long et couteux mais que l’on peut faire quelque chose avec des petits moyens : refaire le bord avec de l’argile et des cailloux sauvages déposés par des camions. Didier demande un devis aux villageois et on verra

Dominique conclut en disant qu’elle ne reviendra pas l’année prochaine mais surement dans 2 ans. Elle remercie tous les villageois pour leur gaieté, leur gentillesse, leur accueil chaleureux, leur sympathie mais surtout Ariratou pour son aide. Elle a l’impression de faire partie intégrante de leur famille (surtout quand les femmes donnent leur bébé de quelques jours). Ainsi parlant, le papa de Moubarak entra en salle de réunion et Didier lui fait savoir que le dossier de son fils est et sera toujours actif.

La réunion a débuté à 14h30 et a pris fin à 16h00.

Président de la séance : Didier JOURDAN

 

Secrétaire : Mickaël TIENDREBEOGO

RAPPORT DE KAYA, suite à la visite aux chirurgiens

 

La rencontre avec les médecins, le samedi 12 août 2017 au CHMK de Kaya, pour les deux petites malades : Aminata SORE et Mariam OUBDA.

 

Les médecins, après avoir observés les 2 enfants, ont demandé des radios. L’un des deux médecins (hollandais) présents, envisageait une solution qui laisse à désirer : couper le pied de Mariam OUBDA. Après avoir analysé les radios, ils ont dit que Aminata avait 90 % de chance de retrouver la motricité de sa jambe, quant à Mariam, ils ont changé d’avis et ils vont refaire une opération (la même qu’elle a eu en 2015 ).

 

Didier en entendant ces propos, était très craintif pour Mariam, étant donné que la première fois la famille n’a pas pris soin d’elle et que l’on est revenu au point de départ. Didier envisage donc une solution, si possible, pour résoudre ce genre de situation : pourquoi ne pas faire un centre d’accueil des malades ou même une famille d’accueil. Projet à étudier très rapidement et avec beaucoup de détails.

 

L’opération des deux enfants doit se faire le jeudi 17 août 2017, pour cela Salfi et Mika les amèneront à l’hôpital le 16 août 2017. L’opération de Aminata n’aura peut-être pas lieu car elle présente un début de paludisme avec fièvre. Affaire à suivre de près, encore et toujours.

 

 

Compte-rendu fait et rédiger par Mikaël.

COMPTE-RENDU DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 1er AVRIL 2017

 

Présents :  Didier et Dominique JOURDAN - Pascale et Freddy SALVAT - Christine et  Alain MAUSSE – Laurence BOURMONT -  Odette MAUSSE -  Loan et Romane GODARD - Gladys JOURDAN -  Liliane JOURDAN – Véronique FRAIX -  Evelyne BAL -  Aurélie GAIDIOZ - Brigitte LECAPLAIN ,

 

Excusés : Nicolas GODARD -  Agnès CLOS-GODARD - Patrick ANJOLRAS - Yves OUEDRAOGO -  Alain THEOULE - Nathalie, Maya, Sofiane AMRANE -  Fanny PERRIER - Éliane GAIDIOZ -

 Farida KISMOUNE - Annick RIPPE - Odile GAIDIOZ -  Simone DUVAL - Christiane GREL -

Guylaine POUPEAU - Lucien GAIDIOZ. 

 

 

La séance débute à 10h00, salle des fêtes de Veyras.

Merci à la municipalité de Veyras.

Merci à la représente de « La Tribune » pour sa participation et sa présence à l’A.G dans sa totalité.

 

Cette assemblée se voudra chaleureuse et familiale, sans chichis ni tralala.

Lecture du  rapport moral du président Didier et du rapport financier de Pascale et Dominique, qui sont tous les deux  approuvés à l’unanimité.

 

Anaïs DESCHAMPS, adhérente, nous quitte pour obligations familiales.

 

Nouveau adhérents : Laurence BOURMONT -  André THEOULE - Jeannette BOUZOL -

Thierry LECAPLAIN - David MULLER - Françoise PERRIN . Nous leur souhaitons « BIENVENUE » dans notre association.

 

Merci à vous tous d’être présents et surtout à tous ceux qui viennent de loin.

L’association compte 35 personnes adhérentes, à jour de leur cotisation, au 1er avril 2017.

 

Cette année le bureau a souhaité faire participer nos correspondants burkinabés : Mickaël, Romuald, Saada, Ousséni, Salfi et Yamba.

Loan(responsable de la correspondance scolaire) a fait la lecture de leur texte : «  Les enfants, notre espoir, notre raison de vivre, telle est notre devise. Les enfants sont des anges, des êtres très sensibles et fragiles. C’est pour cette raison que nous nous sommes lancés dans cette vision de protection (faire valoir les droits de l’enfant), d’épanouissement (santé, nutrition et l’éducation des enfants) de ces êtres si fragiles, surtout les orphelins et les démunis. Nous tenons à remercier K’L’ICK-ASS. de nous avoir permis de continuer sur ce chemin. K’L’ICK-ASS., vous êtes les soldats de DIEU car grâce à vous, des enfants ont retrouvé le sourire et cela est énorme comme cadeau. Les mots nous manquent pour vous qualifier et c’est pour cela que nous vous disons tout simplement MERCI ! Longue vie à vous et à votre initiative, que DIEU vous bénisse ainsi que votre chère patrie la France ! Amitiés ! Amitiés ! Liberté ! Liberté ! »

 

Ces personnes sont notre « interface » au Burkina ainsi que Darius BOCCO au Bénin. Nous n’oublions pas non plus le chef du village de Koala : Sa majesté Naaba Kouanga.

Les dépenses de fonctionnement représentent moins de 2% grâce aux dons.

Mariam Oubda : toujours en suivi médical pour son orthèse (hôpital de Kaya avec le soutien de MORIJA)

Mariam Tapsoba :  guérison de son ostéite mais toujours « un œil » sur son cas afin que ça ne récidive pas. Le président vérifiera cela au mois de juillet 2017 lors de son prochain voyage.

Moubarak : en attente, car on  pourra peut-être faire quelque chose pour lui mais à l’adolescence.

Bibliothèque « LOAN » à Koala : notre grande fierté car notre premier projet concrétisé.

Plus de 200 livres sont déjà sur place. Ainsi que l’achat de 2 ânes et 2 charrues pour le groupement d’agriculteurs.

Compte-rendu du voyage d’août 2016 et ressenti par Pascale, Domie et Didier.

Deux dons (argent) ont été effectués par l’association : un à l’hôpital de Kaya Burkina Faso et l’autre à l’hôpital Gebmontin au Bénin.

 

PROJETS 2017 :

1.      Un local pour handicapés juxtaposé à la bibliothèque à Koala (demande de subvention faite au conseil  général de l’Ardèche)

2.      La rééducation de Sidiki (fils d’Ousséni), qui a eu une très grosse méningite suivi d’un coma et qui  présente de très grosses séquelles et a donc besoin de rééducation (6000 CFA la séance, a raison de  4 séances par semaine, ce qui fait une dépense de 100.00 € environ par mois)

3.      Nous aimerions aussi faire opérer la petite Amimata SORÉ qui présente une paralysie à la jambe suite à une mauvaise piqûre (vaccin)

4.      2 m³ de livres (récoltés tout au long de l’année et stockés chez le président) vont partir fin avril 2017, direction Ouagadougou. Cela va enrichir la bibliothèque à Koala mais aussi aider Mickaël pour ses petits à l’école. Surtout un grand merci à Didier d’avoir eu un travail de longue haleine afin de trouver quelqu’un qui nous prendrait en charge gratuitement : l’association MORIJA avec qui nous échangeons déjà depuis un peu plus de 2 ans. Nous leur avons porté également 2 m³ de cartons remplis de matériel médical (qui vont aller au centre Médico-Chirurgical de Kaya) récoltés par Véro. MERCI MORIJA, vraiment. Nous devrions pouvoir aller chercher tous ces cartons lors du prochain voyage en juillet 2017.

5.      Demande d’idées afin de récolter des fonds : organisation d’une brocante (Mai 2018) avec buvette et buffet, la seule contrainte : un minimum de 10 personnes pour tout organiser (traçage des zones, installation, repas, buvette, etc…)

6.      Concours de belote en octobre 2017.

7.      Proposition de vente de bougies

8.      Recherche de nouveaux adhérents

9.      Recherche de dons : argent, livres, vaisselle, vêtements, chaussures, affaires scolaires, etc. afin de pouvoir faire des brocantes

10.  Vente de crêpes au prochain Carnaval (2018) de Privas (voir avec la municipalité si c’est possible)

11.  Marchés nocturnes à Privas, les mardis de 19 à 23 heures, en juillet et août 2017

Toutes les idées, les projets quelques qu’ils soient sont les bienvenus. Chaque adhérent donne de son temps, de son bénévolat comme il peut, la seule chose : « aller à fond dans tout ce que vous entreprenez ». Le bureau n’est pas le seul à contribuer à la bonne réussite de cette belle association. Chaque petite pierre apportée peut faire une très belle construction, nous en avons déjà la preuve avec tout ce qui a déjà été réalisé.

Fin de la réunion vers 12h00, avec verre de l’amitié et échanges en tous.

 

Le bureau : Didier, Freddy, Pascale, Dominique et Loan

RAPPORT MORAL – Exercice 2016

 

Assemblée générale du 01/04/2017

Mesdames, Messieurs, Chers amis et adhérents,

Nous voici réunis pour notre AG annuelle « grand messe » diront certains, « futilité » penseront d’autres, peu nombreux j’espère, et moment privilégié de dialogue et d’échange en retiendront le plus grand nombre. Et je m’efforcerai qu’il en soit ainsi.

Je tiens tout d’abord à vous remercier pour votre présence ici aujourd’hui. Par votre nombre et l’éloignement kilométrique, vous témoignez de l’intérêt que vous portez à nos activités et au développement de notre association. Vous savez que ce n’est que sur vous qu’elle peut compter.

Afin de ne pas laisser s’endormir notre association, de rechercher des forces nouvelles, d’assurer également, et ce point n’est pas à dédaigner, un apport de ressources nouvelles, nous avions décidé de lancer une campagne d’adhésion.

Nos efforts ont été couronnés de succès, puis que de nouveaux adhérents nous ont rejoints.

Petit rappel : l’association est uniquement tournée vers les enfants, que ce soit pour la santé ou pour l’éducation, mais rien ne nous empêche, d’un commun accord, d’aider une famille ou la rénovation d’un bien au village.

Dans le domaine de nos activités proprement dites,  nous avons développé la rencontre entre associations (MORIJA), aidé Sœur Julia Aguiar au Bénin.

a)     Mariam Oubda – opérée et appareillée

b)     Mariam Tapsoba, opérée

c)     Bibliothèque construite avec centre d’alphabétisation, clôturée et plantation de Moringa.

d)    Achat de 2 ânes et 2 charrues pour les agriculteurs.

Bilan des activités :

- 9 brocantes, on pourrait en faire plus (vu tout ce que l’on a en stock…), mais il nous manque des volontaires

- portes-ouvertes : pas beaucoup de monde, pour dire même quasi personne mais une expérience peut-être à renouveler à un autre moment de l’année, à voir.

- Repas lors de l’AG : les gens ont bien apprécié surtout la formule très famille, amicale et pas de chichi.

  

- Concert de Patrice Jania (décembre 2016) avec son ami Antoine à la batterie, un vrai moment convivial et un vrai régal. Malheureusement, après une vente d’objets africains ma foi bien réussie, une recette un peu basse car la SACEM nous a prélevé un bon morceau de nos recettes.

- Foire de Privas (décembre 2016) : vente de crêpes et objets d’Afrique, ça a pas mal marché surtout en fin de journée. Même si le temps était au froid, l’ambiance a été chaude.

- Voyage en juillet et août 2016 avec découverte de la bibliothèque  finie, au nom de « LOAN », ma foi très bien choisi grâce aux souvenirs qu’il a laissés. Notre premier projet réalisé, merci à vous tous et merci au village de Koala pour leur implication sur place. Quelle fierté de voir se réaliser un projet, vous ne pouvez pas savoir à quel point, surtout après les gros problèmes rencontrés en 2015, on avait bien peur que tout culbute mais non réussi à tenir debout et, nous avons à plus fort devenir face à certaines personnes qui nous voulait du mal. Au cours de ce voyage, des réunions ont été organisées afin de bien donner nos consignes, mais aussi entendre leurs demandes, leurs besoins, etc… et également distribuer les tricots faits mains et les vêtements donnés tout au long de l’année ainsi que 3 cartons de 23 kilos de livres pour la bibliothèque.

Les points positifs :

Mariam OUBDA est enfin appareillée et peut se déplacer sans l’aide personne et surtout elle sourit. ELLE REVIT.

Mariam TAPSOBA a été opéré de son ostéite (qui aurait pu tourner à l’amputation), tout va bien, je peux même vous dire que tout est fini, nous avons eu le rapport du médecin.

La bibliothèque est faite et les agriculteurs peuvent travailler aux champs avec K’L’ICK et ASS. les 2 ânes.

Voilà l’essentiel des informations que je devais vous communiquer. Je vais donner la parole à Pascale et Domie, trésorières de l’association, afin qu’elle vous présente le bilan financier, avant de passer au verre de l’amitié.

 

Mesdames, Messieurs, Chers amis et adhérents, je vous remercie.

REUNION DU 16 AOUT 2016

A OUAGADOUGOU, avant notre retour en France.

 

Présents : Didier JOURDAN, Dominique JOURDAN, Pascale SALVAT, Yamba OUEDRAOGO, Saada ZONGO, Mickaël TIENDREBEOGO, Romuald ILBOUDO, Salfi, Ousséni KABORE, Mariam TAPSOBA.

Remerciements à tous et toutes d’avoir été présents lors de nos arrivées respectives (fin juin pour Didier et fin juillet 2016 pour Pascale et Domie). Cela nous va droit au cœur.

 

Tout d’abord, nous avons pu louer une maison par le biais de Saada, et nous le remercions car cela nous a permis de faire quelques économies mais surtout nous avons pu faire comme on voulait, et cela n’a pas de prix pour nous et nous étions dans un bon quartier.

La réalisation de la bibliothèque ainsi que d’un centre d’alphabétisation au village de Koala, nous remplit de joie et de fierté. Notre PREMIER projet en temps qu’association a enfin vu le jour et celui-ci porte fièrement le nom de « LOAN ». Maintenant, il faut tout faire pour le préserver et l’embellir encore plus. Nous prenons bonne note que les gens du village souhaiteraient avoir également des livres en Moré-Français.

 

Yamba OUEDRAOGO, l’handicapé atteint de polio, avait obtenu de la part de K’L’ICK-ASS.France un microcrédit pour l’achat d’un groupe électrogène ; il devait pour rembourser sa dette faire gratuitement des « choses en pyrogravure ». 6 salons africains pour poupées « barbies » ont été confectionnés dès l’arrivée de Didier, fin juin 2016. Nous avons donc décidé (Pascale, Domie et Didier), vu son dévouement, que son microcrédit était remboursé. Nous lui avons fait comprendre que l’honnêteté paie toujours. BRAVO Yamba.

 

Nous sommes revenus longuement sur le cas de Mariam TAPSOBA et de sa « longue » voire « trop longue » maladie au niveau du tibia. Il ne faut pas attendre pour nous signaler un enfant malade.

Ousséni KABORE, nous a bien fait passer les factures acquittées ou les papiers (accord parental, certificat de naissance, etc…) et ça c’est super. Il faut continuer comme ça. Nous avons également préciser qu’il ne fallait pas dire oui à tout ce que l’on propose juste pour nous faire plaisir, mais il fallait vraiment que les propositions viennent aussi d’eux. Car c’est principalement pour EUX que nous œuvrons.

 

Mickaël reste le principal « trésorier » sur place à Ouaga, en effet c’est à lui que nous envoyons (via Western Union) l’argent en urgence et il le gère. Il le fait d’ailleurs très bien.

Nous avons, par contre, remarqué que l’imprimante et les ordis que nous avons fournis pour son école étaient un peu mal entretenus. En effet, ils sont soumis à la poussière alors qu’il suffirait de mettre un plastique dessus quand on ne s’en sert pas et les ordis doivent être sur une surface plane et non sur les genoux mais aussi surélevés pour leurs permettre de « respirer ». On espère que cela aura été entendu, car autrement ils vont être « gâter » comme ils disent en Afrique… et nous ne pourrons pas en fournir d’autres surtout pour fautes de soins.

 

Nous avons eu un très grand MERCI de la part du chef de Koala par le biais d’Ousséni. Il a été très heureux de nous recevoir, mais cela a été réciproque. Il nous espère longue vie et de transmettre son bonjour à Loan. Il nous dit d’oublier celui qui nous a fait du mal et rester souder. Nous disons à Ousséni de lui dire qu’il n’y aura pas de soucis avec cela, et que nous reviendrons à Koala encore plus forts et plus soudés. Il y a plein de choses à faire et à découvrir.

Ousséni souhaite un partenariat vraiment renforcé, avec des amis comme nous 3. Dieu va nous aider et nous remercier et surtout l’amitié va continuer encore plus forte qu’elle ne l’est déjà.

Tous les amis burkinabés présents souhaitent avoir le ressenti de Pascale et Domie  pendant ces 3 semaines et ils leurs donnent la parole, mais outre l’amitié voire plus, aucun sons n’ont pu sortir de leurs bouches mais des larmes, des larmes de joie et de bonheur d’avoir rencontré des « HOMMES » fabuleux, ainsi que leurs familles.

 

Nous terminons, donc cette dernière réunion par le verre de l’amitié et le repas pris en commun et nous souhaitons vraiment plein de bonnes choses à Mariam qui doit se faire opérer dans quelques jours.

Vive le « pays des hommes intègres », Vive le Burkina Faso.

 

 

Fait à Ouagadougou,le 16 août 2016.

Procès verbal de la réunion du 3 août 2016, à Koala.

 

Le 3 août 2016, c’est tenue une réunion avec le président et les trésorières de K’l’ICK-ASS. France, ainsi que Ousséni Kaboré, le président des pères d’élèves de Koala, Etienne Ouédraogo, la plupart des femmes du village avec leurs enfants et des villageois.

 

Ordre du jour :

1.     Distribution de vêtements aux enfants (bébés plus principalement)

2.     Bibliothèque

3.     Problèmes de Ollé Hélinko Georges Kam

4.     Demande des agriculteurs

5.     Question diverses

 

1.     Nous avons tenu à remercier les femmes et les gens du village pour leur politesse envers nous. Puis la distribution des vêtements a pu se faire, sous une pluie battante. Nous n’avons pas pu, hélas, contenter tout le monde car nos vêtements sont surtout pour les petits de moins de 6 mois. Nous avons essayé de faire au mieux. Etant donné qu’une bonne partie de vêtements n’ont pas été distribué, nous leur avons suggéré de les laisser à l’association des femmes de Koala et qu’elles n’auraient plus qu’à les gérer et les vendre à moindre coût aux gens du village, sauf à celles qui viendront d’accoucher. Pour elles, un cadeau de 2 ou 3 vêtements à leur nouveau né serait une bonne chose. Ousséni a dit qu’ils allaient tenir un cahier de compte pour les ventes des vêtements et que celui-ci nous sera présenté à chaque fois que nous viendrons au Burkina.

 

2.     Nous avons vu à notre arrivée que la bibliothèque était construite mais qu’elle avait aussi un nom : LOAN. Cela nous a énormément touché, d’autant plus que les villageois ont voté avec leurs 2 mains pour qu’elle porte ce nom. Nous leur avons laissé environ deux cents livres et ils doivent récupérer ceux qui sont encore dans l’école dans le bureau du directeur. Celui-ci ayant donné son accord de restituer les livres à la bibliothèque « Loan ».

     Souhait des villageois : des livres dans leur dialecte (Moré). La bibliothèque est bien faite mais nous avons vu qu’il manquait des grilles en haut du mur et ceci pourrait faire entrer des bestioles qui risquent d’abimer les livres. Ousséni a dit que cela devait se faire, nous comptons sur lui. D’autre part, afin de mettre les panneaux solaires, le technicien a percé les tôles du toit et du coup de l’eau s’infiltre. Il faudrait voir ce problème rapidement afin de ne pas laisser « gâter » cette bibliothèque toute neuve. Un bureau avec  chaise, étagères, bancs, nattes et une malle sont présents dans cette bibliothèque, plus les livres et quelques doudous, peluches pour que les petits puissent jouer quand leurs parents viendront pour s’instruire. Une annexe à la bibliothèque est en cours de construction, ce sera pour l’alphabétisation enfants et adultes. Une quarantaine de personnes pourront ainsi venir apprendre.

 

3.     Nous avons, dès notre arrivée à Koala, appris que Georges, président de K’L’ICK-ASS BF, un homme soit disant bien avait tout simplement menti à bon nombre de personnes. Pour nous, cela est intolérable. Il a non seulement menti mais escroqué bon nombre d’entres nous (France et Burkina) et essayé de mettre nos bons rapports (avec le village de Koala) en danger. Il a également profité de la naïveté des enfants pour détourner de l’argent de K’l’ICK-ASS France à son profit, mais pas que les enfants non plus. Il nous a fait et le fait encore passer pour les mauvais alors que nous, K’L’ICK-ASS France, on se bat tous les jours que Dieu fait pour eux, c’est notre principale action. Un rapport sur le cas de Ollé Hélinko Georges Kam sera traité en France à notre retour.

 

4.     Une charrue avait été demandé par les agriculteurs depuis 3 ans, mais Didier, président de K’l’ICK-ASS. France, avait toujours dit que K’L’ICK-ASS France verrait suivant ses moyens et que toutes façons K’L’ICK-ASS. France ne promet jamais mais est obligé de voir après vote en France si on peut ou pas. Cette année, après deux ans d’attente, les trésorières ont décidé d’accorder non pas une charrue mais 2 charrues et  en plus avec les 2 ânes. Ces 2 charrues et ânes seront loués aux agriculteurs qui n’en possèdent pas et de ce fait pourront récolter un peu d’argent afin d’avoir un budget d’entretien. Ces 2 charrues et ânes entre dans le projet « Jardin » que nous avions lancé en France il y a deux ans.

 

5.     Nous leur expliquons encore qu’il nous faut absolument toutes les factures des travaux, hospitalisations, examens, transport et autres. Ceci est très important pour notre crédibilité et fonctionnement en France. Le groupement des femmes souhaiterait un micro-crédit de 50 000 CFA, environ 80 €, un vote en France sera obligatoire avant acceptation.

 

La réunion s’est clôturée avec plein d’émotions tout au long de celle-ci. Elle a débutée à 9h00 et s’est finie à 16h00, sous une pluie battante. Merci à tous ceux qui ont participé.

 

 

 

Pascale, Dominique et Didier.